Accueil

L’accès à la justice se complique.


La réforme de la carte judiciaire qui éloigne les usagers des tribunaux d’instance, l’abandon annoncé des juridictions de proximité, la création depuis le 01 Octobre 2011 d’une nouvelle taxe de 35 € sur l’accès à la justice qui isole et dissuade un peu plus les consommateurs dans leur volonté de faire valoir leurs droits, dès lors que les sommes en jeu sont modestes.

Des alternatives, pourtant, émergent telle que la médiation entre les parties, sans passer par les tribunaux.

Mais quel est le sort des victimes qui ne sont pas indemnisées dans ce cadre là, car la médiation est un mode alternatif amiable des litiges qui n’existe que par le seul consentement des parties, ou par la volonté de l’une d’elles. Et la neutralité et l’impartialité de l’intervention du médiateur en fixe également les limites puisqu’il ne s’impose pas dans la négociation.

LA MÉDIATION N’ABOUTIT PAS A UNE DÉCISION MAIS ÉVENTUELLEMENT A UN ACCORD OU AU CONSTAT D’UN DÉSACCORD.

Dans le règlement des litiges, il existe aussi la négociation.
Le conflit est une situation où les protagonistes, soit poursuivent des buts différents, défendent des valeurs contradictoires, ont des intérêts divergents ou opposés, soit poursuivent simultanément et compétitivement un même but.
La négociation est la prise en charge du conflit. C’est une solution pour concilier les points de vue opposés, la seule procédure pour le clore.

C’EST CELLE QUE NOUS ALLONS PRIVILÉGIER.